Pas de trottinettes électriques sur les trottoirs de Marseille

La ville de Marseille ne cherche pas à restreindre l’utilisation de trottinette électrique au sein de sa ville mais seulement de cadrer ses utilisateurs.

0
102
Marseille interdit les trottinettes électrique sur les trottoirs

La cité phocéenne a mis en place un arrêté municipal au début de ce mois d’août : il sera désormais interdit aux trottinettes électriques, overboard, gyropodes et monocycles de circuler sur les trottoirs. Cette mesure remplace un arrêté datant du 28 mars qui interdisait aux utilisateurs de dépasser les 6 km/h sur les trottoirs.

Cet arrêté répond à l’implantation et l’utilisation anarchique de ces services de free-floating pour lesquels il n’existe toujours aucune législation nationale. La ville espère ainsi réduire les incivilités croissantes attitrées aux utilisateurs de trottinettes, et ce sous la pression d’une amende : entre 11 et 38€ suivant l’infraction. Les conditions d’application sont encore peu précises, malgré que l’arrêté soit en vigueur depuis bientôt un mois. Ce qui est sur, c’est qu’il est désormais interdit de rouler sur les trottoirs, mais aussi sur les voies de transport en commun, à moins d’un marquage de piste cyclable.

Tier trottinette electrique

Marseille est actuellement occupé par 6 opérateurs, soit environ 3300 trottinettes.  Loin de chercher à restreindre le phénomène, la municipalité montre sa volonté de pérenniser ce mode de transport via un appel d’offre stratégique. À l’issu de ce dernier, trois opérateurs seulement se verront autorisés à proposer leur service dans la ville, avec une flotte pouvant atteindre 2’000 véhicules, soit 6’000 parcourant la ville en tout.

Le 15 Avril 2019, la Ville de Marseille lançait donc son appel à projet pour l’occupation du domaine public en vue d’une activité de location de trottinettes en libre-service. La mise-en-service supposée devait avoir lieu le 21 août 2019, avant d’être repoussée au 20 octobre prochain. La mairie explique ce retard par des difficultés à convenir des responsabilités civiles. En attendant, ces services de mobilités poursuivent leurs activités, où le sens des responsabilités entre opérateurs et utilisateurs reste assez flou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez insérer votre nom