Lightyear One énergie solaire

C’est Lightyear, une start-up néerlandaise qui développe ce modèle tout-électrique dont les batteries sont alimentées par les rayons du soleil, grâce à la multitude de panneaux photovoltaïques disposés sur sa carrosserie. La One est une grande berline de 5m05 de long, aux lignes rétro-futuristes, marquée par son profil aérodynamique et une autonomie étendue.

La start-up, déjà titulaire d’un Climate Change Innovator Award, est en pleine phase d’agrandissement : face aux premières réservations, une production de la Lightyear One à grande échelle est à l’ordre du jour sans aboutir directement. Quelles caractéristiques pour cette voiture novatrice, couverte de panneaux solaires ?

Entre légèreté et grande autonomie

5 mètres carrés de panneaux solaires répartis sur le capot et le toit de la voiture, celés sous une armature de verre « si résistante qu’un adulte pourrait marcher dessus sans causer de dommage ». C’est là que résiderait le cœur de l’innovation offerte par la Lightyear One : un ensemble de cellules photovoltaïques indépendantes, qui permettent à la voiture de recharger jusqu’à 12km d’autonomie par heure tout en roulant. À noter que cette charge solaire est également disponible à l’arrêt, voir même en cas de panne de batterie.

La marque annonce jusqu’à 725 kilomètres d’autonomie en conduite éco, dans des conditions météos optimales. Un chiffre impressionnant pour cette première version disponible au public. En plus de la charge photovoltaïque, trois recharges filaires sont accessibles : 35km/h sur une prise 230v classique, la version recharge publique de 22kW à 209km/h, et un dispositif de fast charging à 60kW permettant de récupérer 570 km d’autonomie en une heure.

On pourra remarquer la présence d’un large coffre de 780 litres, également disponible en format Extended à 1701 litres. La voiture comprend un pack technologique sans prétention mais efficace, incluant des mises-à-jour software en continue, une application dédiée, une compatibilité Apple CarPlay et Android Auto ainsi qu’une clef wireless.

De belles promesses qui préfigurent beaucoup de questions sur les capacités du véhicule en conditions réelles. La marque a prévu pour cela une page dédiée sur son site internet, où il vous sera possible de calculer l’autonomie potentielle de votre zone de conduite en entrant un simple code postale. Par exemple : le seul soleil d’été de la région lyonnaise permettrait environ 43 km d’autonomie par jour sans recharge.

Une voiture encore bien mystérieuse

Côté performance motrice, peu d’informations sont encore disponibles, et elles ne préfigurent pas des capacités hors-normes. On sait par exemple que le 0 à 100km/h sera possible en 10 secondes, et que la consommation sera d’environ 83 Wh/km en cycle WLTP. Dans sa quête vers le meilleur rendement énergétique, Lightyear a opté pour implanter les moteurs directement dans chacune des quatre roues motrices.

Problème : cette Lightyear One est loin d’être à la portée de toutes les bourses. Comptez au total 149’000€ pour cette voiture solaire, déjà disponible à la précommande. Si vous espérez la recevoir début 2021, il vous faudra débourser 119’000€ de réservation pour la « Pioneer Edition » (déjà réservée par plus de 90 clients fortunés) et 4’000€ pour recevoir votre modèle au milieu de cette même année. La marque prévoit également une vente par leasing à 1’879€ par mois avec LeasePlan. Pour la marque, une production à grande échelle permettrait une baisse significative du prix, étant donné que les matériaux de bases sont globalement communs. En attendant, la marque a du s’adapter et assurer une qualité viable malgré l’absence de production en série à l’œuvre pour les prochaines One Pioneer Editions.

On en vient à se demander si, à ce stade, le solaire ne serait pas un simple argument pour mieux briller. Les 12km/h de recharge offerts par les panneaux solaires ne créent pas une grande différence avec les capacités déjà importantes du couple moteur-batterie. Les technologies photovoltaïques sont déjà pré-existantes à la One, le gros du travail des 150 ingénieurs a certainement dû résider dans une optimisation de l’aéro-dynamisme et du poids du véhicule.

Le modèle dont la production est prévue à Helmond, au Pays-Bas, se targue d’être pourvu du meilleur coefficient aérodynamique parmi toutes les voitures du marché, un aérodynamisme profilé sur une armature en aluminium et fibre de carbone. Aérodynamisme et légèreté permettent une dépense d’énergie réduite, soit une autonomie étendue, et c’est certainement sur ce point que le constructeur a voulu jouer pour offrir des caractéristiques en adéquation avec le prix quasi-rédhibitoire.

On espère que cette familiale de 5 places servira de pied à l’étrier pour d’autres modèles plus performants, pourvus d’une utilisation optimisée de l’énergie solaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez insérer votre nom