L’impressionnante ascension du vélo électrique en France

Un million de vélos électriques par an : c’est la prévision de vente envisagée en France d’ici 2025. La croissance exponentielle du marché est facilitée par les politiques de développement durable des différentes nations européennes, conjuguée à une offre croissante des marques du vieux continent.

0
952
canyon-velo-electrique

En 2017, les vélos à assistance électriques se vendaient déjà 2,4 fois plus que les scooters. Aujourd’hui au cœur d’une vague de développement sans précédent, le marché des VAE présente une croissance annuelle de 21 à 24% (suivant les estimations). En 2018, c’est environ 338’000 modèles qui se sont écoulés, jusqu’à représenter cette année 2 milliards d’euros de chiffre d’affaire, soit 40% du C.A. des vélos en France.

assistance-electrique

Une croissance exponentielle

Il convient de contraster ces impressionnants 40% par le fait que les VAE ne représentent, au final, que 13% du marché du vélo français, en terme de véhicules. L’ascension n’en demeure pas moins historique, et apparaît comme un phénomène européen durable. D’après les données de l’Union Sport sur l’année 2018, la France se place en 3ème position des ventes européennes, devancée par les Pays-Bas (409’000 ventes) et l’Allemagne (980’000 ventes). Le marché européen mène une politique quasi-protectionniste face à la concurrence chinoise, préférant par des mesures d’antidumping les entreprises du continent pour la conception, distribution et l’entretien des vélos, et assurant une fidélité des utilisateurs pour la réparation et les pièces détachées.

Une fois la voie dégagée pour ce marché, les divers institutions et collectivités locales des pays européens ont mis en place des financement pour faciliter la future clientèle des VAE : la ville de Paris, par exemple, rembourse 33% du prix d’achat, une réduction similaire de 25% existe à Marseille (dans une limite de 400€). De nombreuses aides et subventions existent pour inciter à l’achat de ces vélos ; la France n’est d’ailleurs pas du tout en tête du classement en matière d’aide à la consommation de VAE, avec en exemple l’Italie qui rembourse 30% de la valeur d’achat. Ces aides donnent plus d’accessibilités à des vélos qui coûtent en moyenne 1600€, un prix qui peut encore apparaître comme rédhibitoire dans l’imaginaire du consommateur, mais qui a l’avantage d’être amorti en moins de 2 ans comparé à une voiture ou un deux roues non électrique, en économisant sur les dépenses de carburant.

Le changement des comportements, clef d’une réussite

L’une des clefs de cette croissance, c’est aussi le changement des comportements : les zones urbaines produisent et subissent une pollution toujours plus visible, l’argument écologique pèse donc fortement dans l’achat d’un VAE. Le développement des VAE s’inscrit aussi dans un changement de comportement plus global, fortement lié à la généralisation des services livraison : les VAE s’accommodent facilement aux livreurs qui ont besoin d’une mobilité flexible, ainsi qu’aux livrés qui ne dépendent plus de la voiture pour obtenir leurs biens. Il faut ajouter à cela une corrélation directe avec les plans européens pour développer des facilités urbaines dédiées aux vélos, dont le Plan Vélo français qui a pour objectif de faire passer l’utilisation du vélo de 3% à 9% d’ici 2024 (toujours bien loin des 29% aux Pays-Bas).

coursier-velo-electrique

Le vélo à assistance électrique passe du statut de curiosité à celui de véhicule de déplacement ancré dans les habitudes urbaines, porté par une clientèle désireuse d’augmenter son cadre de vie, sa santé, et de réduire son impact écologique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire
Veuillez insérer votre nom